LUTTE CONTRE LA MALNUTRITION AU BURKINA FASO
















PROJET POUR L'AMELIORATION DE LA SANTE MATERNELLE ET DU JEUNE ENFANT

PARTENAIRE TECHNIQUE ET FINANCIER : ONG Française L'APPEL à travers la Fondation SANOFI

Introduction 

Les différentes formes de malnutrition, affectent plus d’un million d’enfants de moins de 5 ans au Burkina Faso, et sont une cause sous-jacente de 45% des décès des moins de 5 ans, soit 26 500 décès de moins de 5 ans par an. Les adolescentes et femmes en âge de procréer sont aussi fortement touchées par différentes formes de malnutrition (maigreur, carences en micronutriments) (SitAn, UNICEF, 2016). La situation nutritionnelle est donc caractérisée par des prévalences élevées de malnutrition chronique et de malnutrition aiguë ainsi que de carences en micronutriments. Près d’un million d’enfants de moins de 5 ans sont affectés par la malnutrition chronique (retard de croissance) dont la prévalence est de 27,3% en 2016 (ENN, 2016). Dans le cadre de la lutte contre la malnutrition, ADAPMI a été sélectionné par des partenaires locaux et internationaux pour exécuter  des projets sur l’amélioration de la santé maternelle et du jeune enfant.

Présentation des Projets :

Titre : l’amélioration de la santé maternelle et du jeune enfant par l’éducation des femmes enceintes et des mères de jeunes enfants. C’est un programme de 3 ans basé sur l’outil Nutricartes et le jeu des 1000 jours dans plusieurs pays d’Afrique.

Sites du projet : CSPS de Tiguidalgue (Commune rurale de Komsilga), CSPS de Zagtouli (Arrondissement 7 et 8 de Ouagadougou), CSPS de Zongo (Arrondissement 3 et 8 de Ouagadougou)


Nutricartes et le jeu des 1000 jours : Activités financées par l'ONG Française L’APPEL à travers la Fondation SANOFI

Sites du projet : CSPS de Tiguidalgue, CSPS de Kienfanguin, CSPS de Zongo
Période d'exécution : 2019 – 2021

Cibles : femmes enceintes, femmes allaitantes, chefs de ménages

Projet 2

Titre : mise en œuvre de la stratégie de sensibilisation communautaire pour l’amélioration des pratiques nutritionnelles des femmes enceintes et allaitantes à Ouagadougou
Nutrition : Activités financées par l'ONG GRET à travers ses partenaires (projections de films suivis de débats, enrôlement ALLO LAFIA pour la transmission de message sur la PF, mobilisation sociale)Sites du projet : Aire sanitaire du CSPS de Zagtouli, de Zongo et du secteur 14 (ex secteur 19)
Période d'exécution : 2019 – 2021Cibles : femmes enceintes, femmes allaitantes, chefs de ménages 
Dans le cadre de la lutte contre la malnutrition, ADAPMI exécute un projet sur l’amélioration de la santé maternelle et du jeune enfant par l’éducation des femmes enceintes et des mères de jeunes enfants. C’est un programme de 3 ans basé sur l’outil Nutricartes et le jeu des 1000 jours dans plusieurs pays d’Afrique. Les activités se poursuivre en 2022 dans le cadre des visites à domicile pour suivi des enfants 6 6 mois, 1 an et 2 ans.

PREVENTION ET PRISE EN CHARGE COMMUNAUTAIRE 

PROJET POUR L'AMELIORATION DES CONDITIONS NUTRITIONNELLES ET HYGIENIQUES DANS LES QUARTIERS PERIPHERIQUES DE OUAGADOUGOU.

PARTENAIRE TECHNIQUE ET FINANCIER : ONG MEDICUS MUNDI ITALIA à travers ses partenaires MUSEKE ET VAL D’OISE

Lutte contre la malnutrition et prévention hygiénique-sanitaire dans les quartiers informels de la périphérie de Ouagadougou (Burkina Faso)
 
1.    Zones d’intervention
 
Zones périphériques du District Sanitaire de Boulmiougou, dans les quartiers de Zagtouli,  Zongo, Sandogo, Boassa, Secteur 18 e Secteur 19 (Ouagadougou, Arrondissement 3 et Arrondissement 8).
 
2.    Justification et objectifs de l’intervention
 
Le projet vise à promouvoir le renforcement des conditions nutritionnelles de la population résidant dans les quartiers informels de la périphérie de Ouagadougou et le renforcement du référentiel des cas de malnutrition dans les six Centres de Santé de Zagtouli, Zongo, Sandogo, Boassa, Secteur 18 et Secteur 19, tout en favorisant l'amélioration de la situation sanitaire des communautés.
 
La stratégie d'intervention, convenue avec le partenaire du projet ADAPMI et avec le District Sanitaire de Boulmiougou, prévoit l'atteinte des objectifs à travers une action multi-niveaux qui vise à consolider les compétences du personnel du District Sanitaire et des ASBC dans le domaine de l'éducation nutritionnelle et du dépistage de la malnutrition (reconnaissant son rôle fondamental de raccord entre les communautés et les centres de santé); renforcer le système de visites à domicile et de suivi par les opérateurs communautaires; intégrer les stocks d'aliments enrichis et thérapeutiques disponibles pour les six centres de santé ciblés (afin de minimiser la probabilité de manque de stocks); renforcer les connaissances de la population pour une alimentation saine; améliorer les conditions d'assainissement dans les zones d'intervention.
 
Toutes les actions de planification se dérouleront au premier niveau du système de santé burkinabé, qui est le plus proche des couches les plus vulnérables de la population.
 
L'intervention vise à améliorer les compétences du personnel des centres de santé du district et des travailleurs sociaux et de santé communautaire, dans le domaine du dépistage de la malnutrition, de la nutrition et de l'hygiène, afin de sensibiliser les femmes et les mères des communautés à ces problèmes et à renforcer l'identification des cas de malnutrition infantile. En même temps, les conditions nutritionnelles de la population seront améliorées grâce à la fourniture, aux centres de santé, d'aliments enrichis et thérapeutiques pour le traitement de la malnutrition infantile; les familles les plus vulnérables recevront une aide alimentaire prolongée pour faciliter leur sortie du cercle vicieux de la pauvreté. Enfin, la construction de quelques latrines communautaires permettra d'améliorer les conditions hygiénico-sanitaires des zones d'intervention et la sensibilisation sur leur bon usage permettra d'établir les bonnes pratiques à suivre pour la réalisation des futures améliorations infrastructurelles.
 
Les bénéficiaires directs du projet sont:

  • 450 enfants souffrant de malnutrition aiguë modérée (MAM) et 300 enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère (MAS) dépistés et pris en charge;
  • 4 320 mères participant à des actions de sensibilisation à la nutrition et à l'hygiène et aux démonstrations culinaires;
  • 300 personnes en situation de vulnérabilité (environ 60 familles) bénéficiaires d'une aide alimentaire prolongée (panier mensuel composé d'huile, de riz, de sel et de poisson séché);
  • 75 travailleurs sociaux et sanitaires communautaires et 6 infirmières des centres de santé;
  • des milliers d'habitants des 6 communautés qui bénéficieront des latrines communautaires;

 Les bénéficiaires indirects de l'intervention seront toutes les femmes en âge de procréer (89 812) et les enfants âgés de 0 à 5 ans (50 360) des zones cibles du district sanitaire de Boulmiougou.
  
3.      Partenaires institutionnels
 
Le District Sanitaire de Boulmiougou apporte son appui institutionnel au projet en encourageant la participation de 6 Centres de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) et de 75 travailleurs sociaux et de santé communautaire aux activités du projet. Le District est chargé de la planification opérationnelle et de la mise en œuvre des programmes de santé, favorisant la coordination avec les centres de santé et avec les centres médicaux de la région. Medicus Mundi Italia et ADAPMI se vantent tous deux d'une collaboration pluriannuelle avec les différents districts de santé dans les différentes régions du Burkina Faso (Centre Ouest, Centre, Est), ayant établit des relations stables et une confiance mutuelle au fil du temps. La Direction régionale de la santé du Centre, dont fait partie le District, supervisera les activités menées en collaboration avec le District lui-même.
 
4.      Résultats attendus et activités
 
Résultat 1 - La situation nutritionnelle des groupes vulnérables (enfants de 0 à 59 mois, femmes, personnes déplacées et familles démunies) est améliorée
 
Le résultat 1 sera atteint en premier lieu par la création d'un cours de mise à jour (refreshing course) pour renforcer les compétences en nutrition et en hygiène du personnel de santé des centres de santé et des ASBC qui participeront au projet. Ces acteurs constituent le lien principal entre le système de santé et la communauté, et assurent un service crucial de premier secours et d'accompagnement des familles vulnérables dans les zones d'intervention. Bien qu'ils possèdent déjà des connaissances de base en santé, il convient de renforcer leurs compétences nutritionnelles afin de leur permettre une meilleure identification des cas de malnutrition dans les communautés et de favoriser la transmission de bonnes pratiques alimentaires lors du suivi des ménages. En plus de cela, les femmes en âge de procréer seront associées à une série de réunions d'information périodiques sur les questions de bonne nutrition et d'hygiène, suivies d'une démonstration culinaire qui leur permettra d'observer et pratiquer ce qu'elles ont appris. Enfin, les familles en situation de pauvreté identifiées par les agents de santé et communautaires - y compris les déplacés internes - recevront une aide alimentaire sur une base mensuelle, afin de réduire leur degré de vulnérabilité et permettre l'amélioration progressive de leur situation nutritionnelle (dans le cas spécifique des personnes déplacées, l'absence d'opportunités d'emploi est souvent une cause d'exclusion sociale, alimentant un cercle vicieux qui les empêche de sortir d'une condition de pauvreté).
 
Indicateurs: 75 ASBC et 6 infirmières formés; 432 séances d'information et démonstrations culinaires réalisées; 4.320 participants aux séances d'information; 540 paniers d’aide alimentaire distribués.
 
Activités pour le résultat 1
 
1.1 Réalisation d’un recycling course sur la nutrition et l'hygiène pour les agents de santé communautaire et les infirmières de 6 centres de santé
 
75 ASBC déjà compétents sur les problématiques liées à la malnutrition, participeront à une formation de 5 jours, animée par le personnel des centres de santé, qui portera essentiellement sur le contenu du plan ANJE (alimentation du nourrisson et du jeune enfant), auxquels s'ajouteront des notions de santé de base pour l'identification et le traitement des cas de malnutrition aiguë modérée (MAM) et pour l'identification et la référence de cas de malnutrition aiguë sévère (MAS), et un volet d’hygiène domestique (lavage des mains et des ustensiles, utilisation d'eau propre pour la préparation des repas, etc.). En parallèle, un cours de recyclage de 2 jours sera également organisé pour les infirmières de chacun des 6 centres de santé impliqués dans le projet, qui portera sur les sujets suivants: i) anthropométrie de la malnutrition aiguë modérée (périmètre brachial et rapport poids / taille) et le diagnostic différentiel avec la malnutrition aiguë sévère; ii) l'importance du dépistage systématique de la malnutrition aiguë à chaque contact - préventif ou curatif - avec des enfants de moins de 5 ans; iii) traitement thérapeutique de la MAM et du MAS; iv) principes d'éducation nutritionnelle à transmettre aux mères; v) procédures de suivi envisagées au niveau national et formulaires associés.
 
1.2 Organisation de réunions d'information sur la nutrition et l'hygiène, et de démonstrations culinaires pour les femmes et les mères
 
Une fois leurs compétences mises à jour, les ASBC seront chargés d'organiser, de promouvoir et de mettre en œuvre une série de réunions d'information périodiques qui permettront aux femmes en âge de procréer et aux mères de se familiariser avec les principes d'une bonne nutrition. Suivant la technique des causeries - c'est-à-dire des entretiens informels tenus au niveau communautaire, très répandus dans la culture burkinabé et jugés très efficaces - des groupes de 10 femmes seront constitués et se réuniront deux fois par semaine et sous la direction d'un animateur traiteront les thèmes de l’alimentation équilibrée et de l’hygiène au travers de l'utilisation d'images (boîte à images) et de jeux didactiques visant à permettre la mémorisation rapide de messages d'importance cruciale, mais courts, simples et concrets. Chaque rencontre sera suivie de démonstrations culinaires pratiques, au cours desquelles les participants seront également impliqués, pour faciliter l'appropriation des informations transmises.
 
1.3 Suivi des bonnes pratiques en matière de nutrition et d'hygiène
 
Pendant toute la durée du projet, les travailleurs sociaux et de santé communautaires mèneront des activités de suivi des bonnes pratiques de nutrition et d'hygiène transmises pendant les causeries, visitant périodiquement les familles des zones cibles et s'assurant que les connaissances acquises sont correctement traduites en pratique.
 
1.4 Aide alimentaire aux personnes déplacées et aux familles en situation de vulnérabilité
 
Lors des visites à domicile, les ASBC identifieront les 60 familles les plus vulnérables - en accordant une attention particulière à celles constituées de migrants internes - et les incluront dans un programme de soutien alimentaire de neuf mois, grâce auquel elles recevront une boîte contenant de l'huile, du sel, du riz et du poisson séché en quantité suffisante pour une famille de 5 personnes.
  
Résultat 2 - Renforcement du système d'identification, de référence  et de prise en charge des cas de malnutrition infantile aiguë modérée (MAM) et sévère (MAS)
 
Selon les prévisions du district sanitaire de Boulmiougou, le nombre total d'enfants MAS en 2020 s'élèvera à 3.725, tandis que les enfants atteints de MAM seront de 6.864: parmi eux, 30% vivent dans les quartiers de compétence du district (Zagtouli, Zongo, Sandogo, Boassa, Secteur 18 et Secteur 19). Afin de renforcer le système d'identification et de prise en charge de ces cas, le projet interviendra en appui à l'activité des travailleurs sociaux et de santé communautaires, qui s'occuperont de l'identification et de la référence aux centres de santé pendant toute la durée du projet, des cas de MAM et MAS, garantissant un suivi constant au niveau communautaire pour assurer le respect des soins et de bonnes pratiques nutritionnelles dans les familles en cas de malnutrition. En parallèle, des actions seront menées pour soutenir les six centres de santé impliqués dans le projet, en intégrant les stocks d'aliments thérapeutiques (81.000 doses pour environ 300 enfants sévèrement malnutris) et d'aliments enrichis (7.200 doses pour environ 450 enfants souffrant de malnutrition aiguë modérée), afin de minimiser le risque de rupture de stock, ce qui entraînerait l'interruption de la prise en charge des enfants malnutris.
 
Indicateurs: n. visites de suivi effectuées; 81 000 doses d'aliments thérapeutiques distribuées; 7 200 doses d'aliments enrichis distribuées; % de guerison des enfants MAM et MAS traités.
 
Activités pour le résultat 2
 
2.1 Fourniture d'aliments thérapeutiques pour les enfants souffrant de malnutrition aiguë sévère (MAS) et d'aliments fortifiés pour les enfants souffrant de malnutrition aiguë modérée (MAM) dans les centres de santé
 
Dans le but de garantir un traitement adéquat des cas de malnutrition aiguë modérée et sévère, les 6 Centres de Santé de référence recevront des approvisionnements en compléments nutritionnels qui permettront de minimiser le risque de rupture de stock, ce qui entraînerait l'interruption du traitement des enfants malnutris pris en charge. En particulier, pour le traitement de la MAM, les approvisionnements en aliments enrichis (farine infantile enrichie) et / ou fortifiants (sel iodé, vitamines, sels minéraux) des centres de santé seront intégrés, tandis que pour les cas de MAS des stocks de base d'aliments thérapeutiques prêts à consommer (aliments prêts à l'emploi, RUTF) tels que Plumpy'nut, composés de farine d'arachide, de sucre, de graisses végétales, de lait en poudre (écrémé), avec l'ajout de minéraux et de vitamines (A, C, D, E, B1, B2, B6, B12), biotine, acide folique, acide pantothénique, niacine (B3) seront distribués aux centres de santé. Grâce aux intégrations garanties par le projet, il sera possible de soutenir environ 450 enfants avec MAM et 300 enfants avec MAS.
 
2.2 Identification, référence aux centres de santé et prise en charge des cas de malnutrition infantile aiguë modérée (MAM) et sévère (MAS)
 
Les 75 ASBC impliqués dans le projet effectueront des visites à domicile périodiques pendant toute la durée du projet, au cours desquelles ils identifieront les cas de malnutrition infantile aiguë modérée et sévère dans les différentes zones cibles et s'occuperont de leur référence aux centres de santé, où ils seront pris en charge et recevront un traitement adéquat.
 
2.3 Réalisation de visites à domicile pour le suivi (conseil et référence aux centres de santé) des cas de malnutrition aiguë modérée (MAM) et sévère (MAS)
 
Pendant toute la durée du projet, des ASBC effectueront des visites à domicile dans les zones touchées par le projet et assureront le suivi des cas de malnutrition aiguë modérée et sévère, en surveillant les méthodes de préparation des aliments dans les différentes familles, en s'assurant que les normes d'hygiène partagées avec les mères sont respectées lors des activités de sensibilisation et en référant les nouveaux cas identifiés aux centres de santé.
 
Résultat 3 - Renforcement des services d'assainissement de base au niveau communautaire
 
Le renforcement des services d'assainissement mis à la disposition d'une communauté, ainsi que le renforcement des connaissances communautaires sur l'hygiène sont deux éléments fondamentaux dans la lutte contre la malnutrition et seront poursuivis dans ce projet à travers la construction de 12 latrines communautaires, l'activation de comités pour la gestion et l'entretien de ceux-ci et une série de sensibilisations communautaires sur l'hygiène et l'utilisation correcte des latrines.
Indicateurs: 600 participants à la sensibilisation; 12 latrines communautaires construites; % de la population utilisant les latrines communautaires; comités de gestion des latrines mis en place.
 
Activités pour le résultat 3
 
 
3.1 Construction de 12 latrines communautaires
 
Afin d'améliorer les services d'assainissement disponibles pour les communautés de référence, 2 latrines communautaires seront construites pour chacune des six zones ciblés, dont l'utilisation sera réglementée par des comités de gestion créés ad hoc (voir activité 3.2).
 
3.2 Activation et formation de Comités de gestion et d'entretien des latrines communautaires
 
Afin d’assurer le bon fonctionnement et l'utilisation correcte des latrines communautaires, 6 comités de gestion seront crées et formés. Dans chacun des quartiers ciblés, 6 membres seront identifiés parmi la population pour chaque comité et une formation spécifique de 2 jours sera dispensée au sujet de la gestion et de l'entretien des latrines et sur le respect des règles d'hygiène. Par ailleurs, un règlement sera élaboré de manière participative sur l'utilisation, le nettoyage et l'entretien des latrines qui, afin d'assurer la pérennité des infrastructures d'assainissement dans le temps - doivent nécessairement prévoir au moins le paiement d'une contribution symbolique des usagers.
 
3.3 Sensibilisation de la communauté à l'utilisation des latrines communautaires
 
A l'aide des ASBC, les responsables des comités de gestion organiseront une série de réunions, des périodes de sensibilisation communautaire dans les zones cibles du projet, afin de transmettre les notions de base pour l'hygiène, l'utilisation, le nettoyage et l'entretien des latrines.

Programme d'activités Fev2022

PROJET MERIEM DU GRET MISE EN OEUVRE PAR L'ADAPMI

Projet MERIEM « sensibilisation pour l’amélioration des pratiques nutritionnelles des femmes enceintes, allaitantes et des enfants de 6 à 23 mois ».
 
Le Gret intervient au Burkina-Faso depuis 2003 en mettant en œuvre des projets dans les domaines de la nutrition, de l’assainissement, de la citoyenneté, des filières agricoles et de l’aménagement urbain.
 
Le projet MERIEM (Mobiliser les Entreprises Sahéliennes pour des Réponses Innovantes et à large Echelle contre la Malnutrition), mis en œuvre depuis Mai 2018 est un projet pilote d’une durée initiale de trois ans, mené par l’ONG GRET et le cabinet de conseil HYSTRA. Il vise à tester des solutions commerciales par des entreprises locales, réplicables à grande échelle pour contribuer durablement à la prévention de la malnutrition des femmes en âge de procréer et des enfants de 6 à 23 mois.
 
Le projet Meriem comporte un volet sensibilisation visant à améliorer les pratiques nutritionnelles des femmes enceintes, allaitantes et des enfants de 6 à 23 mois à Ouagadougou et à créer un environnement favorable à l’arrivée de produits fortifiés sur le marché. Deux campagnes de sensibilisation sont prévues : une première campagne autour d’une alimentation de qualité pour les femmes enceintes et allaitantes a déjà été exécutée 2021. Chaque campagne repose sur une composante Média, une composante TIC et une composante communautaire mise en œuvre par les OBC ASEFF, IES-Femmes et ADAPMI, qui comportera les activités clés suivantes :
 
-          Sensibilisation des leaders communautaires (Imams, chefs de quartiers, leaders d’associations, agents de santé communautaire) ;
-          Ciné-débats dans les CSPS et dans les quartiers.
 
ADAPMI intervient dans quatre (4) formations sanitaires du District Sanitaire de Boulmiougou que sont : Secteur 12 (ex secteur 18), secteur 14 (ex secteur 19), Zagtouli et Zongo.
Les activités ont démarré  le 3 mai 2022 après une formation les notions essentielles sur l’ANJE en lien avec les messages clés de la campagne (aliments de compléments avec focus sur les bouillies de farines infantiles fortifiées, la notion de diversité alimentaire chez les enfants de 6 à 23 mois).
Nos remerciements au partenaire financier et technique le GRET et à la Direction de la Nutrition, les CSPS et le District de Boulmiougou pour l’accompagnement.